Centre de Référence Maladies Rares

U1035 INSERM

Biothérapie des Maladies Génétiques Inflammatoires et Cancers (BMGIC)

FR : Biologie Fondamentale Appliquée à la Médecine

U1035Afficher le menu équipes FR / EN

Équipe miRCaDe

Christophe GROSSET
DR2 INSERM, responsable de l’équipe miRCade

Martin HAGEDORN
PH, co-responsable de l'équipe MiRCaDe

Découvrez nos projets :

L’équipe miRCaDe étudie la régulation post-transcriptionnelle des gènes par les microARNs dans les cancers du foie, du pancréas et du cerveau chez l’adulte et chez l’enfant, ainsi qu’au cours du développement embryonnaire (voir figure). Certains de nos projets sont axés sur l’étude de deux gènes, le Glypican-3 (GPC3) et la bêta-caténine (CTNNB1), qui contrôlent la signalisation Wnt, la reprogrammation génique des cellules normales et le développement embryonnaire. Ces deux gènes jouent un rôle important à la fois dans le carcinome hépatocellulaire, un cancer du foie fréquent et de mauvais pronostic chez l’adulte, et dans l’hépatoblastome, un cancer rare du foie qui touche principalement les enfants de moins de 5 ans. A l’aide d’outils expérimentaux innovants (méthode FunREG, (1); système de criblage Dual Fluorescence FunREG, (2)), nous identifions les microARNs (miARNs) régulant le Glypican-3 et la bêta-caténine dans les cellules hépatiques tumorales et caractérisons ceux ayant un fort potentiel thérapeutique dans le cancer du foie. D’autres projets sont axés sur l’étude préclinique et moléculaire des tumeurs cérébrales pédiatriques, en particulier les gliomes du tronc cérébral. A l’aide du système « Dynamic BH3-profiling » (3) et du modèle constitué par la membrane chorioallantoïque d’embryon de poulet (4, 5), nous étudions et modélisons la formation des tumeurs en laboratoire, y compris celles issues de cellules de patients. Nous explorons leur transcriptome avec comme objectif le développement de nouveaux traitements et d’une médecine plus personnalisée. La dernière partie de nos projets utilise l’embryon d’amphibien Xénope qui permet d’étudier le rôle des microARN et des gènes au cours du développement, en particulier du foie, du pancréas et des cellules gliales avec un intérêt plus spécifique pour les voies de signalisation impliquées dans le cancer comme les voies Wnt et Hippo (6, 7). Les miARNs caractérisés chez Xénope sont très conservés par rapport à ceux décrits chez l’homme et leur fonction peut être étudiée dans l’animal entier au cours du développement par une simple stratégie d’inhibition (8). En raison de ses nombreux avantages et de la facilité avec laquelle un criblage chimique peut être réalisé, l’embryon de Xénope constitue un modèle particulièrement bien adapté pour l’étude des mécanismes fondamentaux de la régulation des gènes par les miARNs et leur lien avec le cancer.

INSERM U1035! - Université de Bordeaux
Work
146 rue Léo Saignat - Bât. TP zone sud, 4ème étage
33000 Bordeaux
Aquitaine
France
Work 0557 57 13 73/74
contact@u1035-inserm.fr